2017-07-18

Mon deuxième roman : un des sites où se déroule l’intrigue


L’Unité des crimes majeurs du Service de police de la ville de Québec (SPVQ) sur l’avenue Saint-Sacrement est l’un des sites où évoluent un certain nombre de personnages, dont évidemment les enquêteurs qui doivent résoudre une série de crimes commis en différents lieux sur le territoire de la Capitale nationale.

2017-07-11

Zébrures écarlates : échange Saint-Tropez-Québec


Le mercredi 5 juillet 2017, dans le Vieux-Québec, sur la place de l’Hôtel-de-ville, deux auteurs de littérature de genre (polar et fantastique) ont échangé leurs œuvres littéraires.

L’une, un roman fantastique qui nous plonge dans l’univers fantastique de Gaetian, chevalier aux sens surnaturels du sanguinaire roi Yanové, entre le royaume de Wacks et les Reines de sang (Aux larmes de sang de Laurent Palombo) et l’autre, un polar (Zébrures écarlates), la première enquête du détective archiviste Ives d’Arch à la recherche d’un manuscrit d’importance politique pour la Catalogne.


Résultat de la rencontre de deux auteurs sur le réseau social Facebook.

2017-06-27

Mon deuxième roman : désynchronisation déstabilisante


Définitivement, l’horloge publique de la place d’Youville, à la porte du Vieux-Québec, peine encore à afficher la bonne heure sur chacune de ses quatre faces. Heureusement, ce n’était pas le cas en mars 2014 parce que le tueur en série de mon deuxième roman, obsédé par le temps, aurait été déstabilisé.

2017-06-20

Mon deuxième roman : rendez-vous au Festival Limoilou en musique


L’action d’un chapitre important de mon deuxième roman se déroule il y a trois ans presque jour pour jour, à l’occasion du festival Limoilou en musique, dans le quartier de mon enfance, à l’intersection en forme d'étoile de la 3ième avenue, de la 6ième rue et du chemin de la Canardière. Quatre des principaux personnages s’y côtoient au pied de l'horloge publique, par hasard ou comme prévu, et, paradoxalement, sans tous se rencontrer.

2017-06-13

Zébrures écarlates : échange Liège-Québec, quand les archives sont matières premières de création romanesque


Aujourd’hui, 13 juin 2017, dans le Vieux-Québec, à l’endroit même où débute mon roman, Zébrures écarlates, deux auteurs de polars échangent leurs œuvres littéraires. Des récits dont l’action repose, dans les deux cas, sur l’utilisation des archives ou du milieu des archives pour la création d’une œuvre romanesque grand public.

L’une, un polar historique, une enquête d’Amaury de Montségur, dit le Cathare, qui se déroule à Liège, dans les années 1330 (Sombres Vendanges de Michel Hody) et l’autre, à une époque plus contemporaine (1954-2009), la première aventure du détective archiviste Ives d’Arch à la recherche d’un manuscrit d’importance politique pour la Catalogne.


Résultat de la rencontre de deux Michel sur le réseau social Facebook. 

2017-06-08

Zébrures écarlates : 9 juin - Journée internationale des archives


La Journée internationale des archives. Quoi de mieux qu’un roman mettant en vedette un détective archiviste québécois, Ives d’Arch, à la recherche, en 2008, d’un document d’archives disparu de l’Arxiu de la Corona d’Aragó, à Barcelona, en 1954 !

Pour commander au Québec, au Canada ou en France : http://bit.ly/2rG0voA.

Bonne lecture !

2017-06-06

Difficile de tirer son épingle du jeu pour un nouvel auteur


Un ami Facebook qui a déjà œuvré dans le monde de l’édition m’expliquait au dernier Salon international du livre de Québec, pourquoi il était difficile pour des nouveaux auteurs de faire parler de leurs publications.

En moyenne, les médias francophones accordent environ 80% de leur intérêt aux livres publiés en France. Sur les 20% publiés au Québec, 80% d’entre eux (soit 16%) le sont par des personnalités publiques ou des auteurs de renom, ne laissant qu’un maigre 4 % pour les nouveaux auteurs. Pas surprenant que ces derniers font des pieds et des mains afin de tirer leur épingle du jeu.

Voir à ce sujet le "Bilan Gaspard du marché du livre au Québec". Même si cet article date d'avril 2016, son contenu est encore valable aujourd'hui.


2017-05-30

Mon deuxième roman : commentaires d'un lecteur de polars à qui j'ai soumis le manuscrit


« J'ai bien aimé ton roman.

J'ai renoncé à comprendre ton système de chiffres. Tout de même, il semble que ton Bruno avait, à chaque fois, déjà planifié son meurtre à venir, donc qu'il avait choisi un événement à défaut d'avoir identifié sa victime (sauf dans le cas du journaliste).

Tu maîtrises bien le style qui convient à ce genre de roman. On ne s'ennuie pas. Tu as une façon bien spéciale d'abattre tes cartes. »


Il ne reste plus qu'à un éditeur d'accepter de le publier afin que vous puissiez en juger par vous-même.


2017-05-23

Zébrures écarlates : commentaire d’une autre lectrice


Rencontrée au cours du long week-end de la Fête des Patriotes, une lectrice m’a fait le commentaire suivant qui m’a fait chaud au coeur : « J'ai beaucoup aimé. Toute une recherche historique derrière l'écriture de ce roman. Bravo! Il est attachant le détective archiviste Ives d’Arch. »

2017-05-17


Tous les moyens sont bons pour dénoncer les injustices et les iniquités. Dans mon roman Zébrures écarlates, j’ai mis en scène un détective archiviste québécois bisexuel, Ives d’Arch et son amoureux, KGB, pâtissier dans un café-boulangerie du Vieux-Québec évoluant dans la normalité quotidienne. Une contribution littéraire contre toutes les formes d’homophobie qui entachent bon nombre de sociétés à l’échelle de la planète.

2017-05-09

Zébrures écarlates : l’origine du nom du détective archiviste


En faisant du ménage dans mes archives personnelles, j’ai retrouvé quelques pages manuscrites rédigées en 1991 au retour d’un voyage en Catalunya. Dans cet avant-projet, pour un roman potentiel qui avait comme titre temporaire « Les carpes de l’Onyar suffoquaient » et mettant en vedette un archiviste québécois, Yves d’Arches, arrivant à Girona, apparaît pour la première fois le nom de mon héros. 

La rédaction de Zébrures écarlates n’a cependant débuté que 22 ans plus tard. Le protagoniste est devenu Ives d’Arch (aptonyme inversé, avec un « I » au début du prénom et sans « es » à la fin du nom), détective archiviste

Comme quoi une idée semée au hasard du temps pour germer et fleurir au moment opportun.

2017-05-02

Au Salon littéraire du Québec à l'Hôtel Universel de Rivière-du-Loup les 6 et 7 mai 2017


Le Salon littéraire du Québec (SLQ), édition de Rivière-Du-Loup est un incontournable pour les amateurs de littérature. En 2015, la première expérience dans cette ville a prouvé l’intérêt des auteurs et du public de la région. Contrairement aux salons du livre, où ce sont souvent les maisons d’édition qui sont en vedette, le SLQ privilégie le contact avec les auteurs. Cette année l’organisation présente 80 auteurs, soit la capacité maximale d'accueil de la salle de l’Hôtel Universel.

J’y serai pendant les deux jours pour échanger avec les lectrices et les lecteurs et dédicacer mon roman Zébrures écarlates présenté pour la première fois dans la région du Bas-Saint-Laurent.


Tous les détails sur le site du SLQ www.salonlitteraireduquebec.ca ou sur la page Facebook « Salon littéraire du Québec ».

2017-04-23

Une rose pour l'amour de l'écriture et des livres


En 1991, j’étais à Barcelona le 23 avril. Une amie catalane, alors directrice de la Biblioteca de Catalunya, m’avait offert une rose rouge que lui avait remis notre chauffeur de taxi qui nous amenait dîner (comme au Québec, on dîne le midi en Catalogne) dans un restaurant typique de la capitale. Devant ma surprise du moment, elle m’expliqua que chaque année, à pareille date, jour de la fête de la Sant Jordi, patron et symbole de l'identité des Catalans, ceux-ci et particulièrement les libraires offraient une rose à l’achat de chaque livre. Une tradition qui remonte au Moyen-âge.

Elle m’expliqua alors qu’un récit de Jacques de Voragine dans La Légende dorée relatait la victoire de Sant Jordi sur le dragon. En lui tranchant la tête, le sang de la bête fit jaillir un rosier duquel le chevalier remit une des roses à sa princesse. Pour lui témoigner son amour, celle-ci lui offrit alors un livre. Elle m'apprit également qu’en 1926, la Chambre des libraires de Barcelone avait créé le Jour du livre et de la rose devant être célébré chaque année le 23 avril, date anniversaire de la mort en 1616 de Miguel de Cervantes, de William Shakespeare et d'Inca Garcilaso de la Vega.

Cette tradition est maintenant pérennisée dans plus de 80 pays depuis qu’en 1995, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture a décrété le 23 avril Journée mondiale du livre et du droit d'auteur.

J’ai fait vivre cette tradition au détective archiviste Ives d’Arch alors qu’il se trouve à Barcelona en compagnie de KGB, son amoureux, et d’un des personnages clés de son enquête, Joaquim Figueres accompagné de sa fille Isabel, le 23 avril 2009, jour de la Sant Jordi, alors qu’ils descendent d’un taxi à l’angle du Passeig de Gràcia et du Carrer de la Diputació (chapitre 56).

2017-04-11

Un arrivage du roman Zébrures écarlates spécialement pour les gens du Bas-du-Fleuve


Les 6 et 7 mai 2017, dans le cadre du Salon littéraire du Québec - Édition Rivière-du-Loup, j'aurai le plaisir de rencontrer les lectrices et les lecteurs du Bas-du-Fleuve, amateurs de romans d'aventure. Venez me rencontrer : je vous dédicacerai votre exemplaire.

Une invitation spéciale est aussi lancée aux archivistes et aux techniciens en documentation de la région : Zébrures écarlates met en vedette un protagoniste hors du commun, Ives d’Arch, le premier détective archiviste de la Francophonie, un Québécois impliqué dans une aventure qui vous conduira, entre autres, en Catalogne et en France.

C’est un rendez-vous à compter de 10 h au Centre des congrès de l'hôtel Universel, 311, boul. Hôtel-de-Ville, Rivière-du-Loup. Une soixantaine d’auteurs seront aussi sur place.

Définitivement un événement à ne pas manquer pour les amoureux des livres !