2017-08-22

Zébrures écarlates : la suite


La suite des aventures du détective archiviste québécois, Ives d’Arch, est en gestation. J’ai déjà trouvé un titre accrocheur provisoire (devant être approuvé par l’éditeur). J’ai bien hâte de vous le faire découvrir. La thématique du récit est arrêtée. La séquence des événements se précise. L’action se déroulera presque exclusivement à Québec et à Ottawa. Il sera encore question, évidemment, de documents d’archives disparus, avec des références historiques québécoises et canadiennes des années 70 à la fin de 2009. Sur fond de complot politique. 

2017-08-15

Zébrures écarlates : première mention publique du nom du héros


Au cours des années 90, je publiais un magazine, ARCHI-MED, dont le contenu portait sur différents aspects de la gestion des documents et des archives et un article traitait de la gestion documentaire en Catalogne. En mai 1993, dans un numéro qui annonçait que le prix annuel de l’Association des archivistes du Québec nous avait été attribué, le nom du détective archiviste Ives d’Arch y apparaissait pour la première fois, dans une graphie différente. Il signait le mot croisé thématique. 

2017-08-08

Zébrures écarlates : commentaires d’un lecteur liégeois


Voici les commentaires reçus d’un lecteur de Liège, lui-même auteur de polars wallon qui a déjà publié quatre romans :

« Je viens de terminer  "Zébrures écarlates". J'ai pris mon temps, partagé entre sa lecture et l'écriture de mon nouveau polar. Avec des mots très simples, je dois reconnaître que pour un coup d'essai, ce fut un coup de maître. Superbe récit, avec un style parfait, simple et direct, une documentation incroyable, une atmosphère typiquement québécoise que j'ai adorée. Autre impression ressentie : celle d'être en contact direct avec une réalité "vraie" et de s'inclure totalement dans le fil du récit et dans la vie de ses acteurs. Comme si l'on en faisait partie. Encore bravo, Michel ! Ce furent des moments de grande intensité. »

2017-08-01

Zébrures écarlates : le condo de Ives d’Arch


Si vous avez lu la première enquête du détective archiviste québécois Ives d’Arch  et que vous déambulez dans le Vieux-Québec, vous repérerez facilement l’oriel du condominium où il réside (virtuellement, puisqu’il s’agit d’une fiction) en compagnie de KGB.  Une fenêtre en sailli qui permet de jeter un œil à 180 degrés sur une des étroites rues de la vieille ville bordée de maisons anciennes de différentes époques.

2017-07-24

Zébrures écarlates : un événement marquant dans la vie du détective archiviste Ives d’Arch


Le 24 juillet 1967, le général de Gaulle, après avoir remonté le fleuve en décapotable de Québec jusqu’à Montréal par le Chemin du Roy, s’adresse à la foule à partir du balcon de l’hôtel de ville de la métropole. Il termine son discours enflammé par quatre mots qui changeront l’histoire du Québec contemporain et la vie personnelle du héros de mon roman alors âgé de 13 ans. Je vous laisse le découvrir dans le chapitre 21.

2017-07-18

Mon deuxième roman : un des sites où se déroule l’intrigue


L’Unité des crimes majeurs du Service de police de la ville de Québec (SPVQ) sur l’avenue Saint-Sacrement est l’un des sites où évoluent un certain nombre de personnages, dont évidemment les enquêteurs qui doivent résoudre une série de crimes commis en différents lieux sur le territoire de la Capitale nationale.

2017-07-11

Zébrures écarlates : échange Saint-Tropez-Québec


Le mercredi 5 juillet 2017, dans le Vieux-Québec, sur la place de l’Hôtel-de-ville, deux auteurs de littérature de genre (polar et fantastique) ont échangé leurs œuvres littéraires.

L’une, un roman fantastique qui nous plonge dans l’univers fantastique de Gaetian, chevalier aux sens surnaturels du sanguinaire roi Yanové, entre le royaume de Wacks et les Reines de sang (Aux larmes de sang de Laurent Palombo) et l’autre, un polar (Zébrures écarlates), la première enquête du détective archiviste Ives d’Arch à la recherche d’un manuscrit d’importance politique pour la Catalogne.


Résultat de la rencontre de deux auteurs sur le réseau social Facebook.

2017-06-27

Mon deuxième roman : désynchronisation déstabilisante


Définitivement, l’horloge publique de la place d’Youville, à la porte du Vieux-Québec, peine encore à afficher la bonne heure sur chacune de ses quatre faces. Heureusement, ce n’était pas le cas en mars 2014 parce que le tueur en série de mon deuxième roman, obsédé par le temps, aurait été déstabilisé.

2017-06-20

Mon deuxième roman : rendez-vous au Festival Limoilou en musique


L’action d’un chapitre important de mon deuxième roman se déroule il y a trois ans presque jour pour jour, à l’occasion du festival Limoilou en musique, dans le quartier de mon enfance, à l’intersection en forme d'étoile de la 3ième avenue, de la 6ième rue et du chemin de la Canardière. Quatre des principaux personnages s’y côtoient au pied de l'horloge publique, par hasard ou comme prévu, et, paradoxalement, sans tous se rencontrer.

2017-06-13

Zébrures écarlates : échange Liège-Québec, quand les archives sont matières premières de création romanesque


Aujourd’hui, 13 juin 2017, dans le Vieux-Québec, à l’endroit même où débute mon roman, Zébrures écarlates, deux auteurs de polars échangent leurs œuvres littéraires. Des récits dont l’action repose, dans les deux cas, sur l’utilisation des archives ou du milieu des archives pour la création d’une œuvre romanesque grand public.

L’une, un polar historique, une enquête d’Amaury de Montségur, dit le Cathare, qui se déroule à Liège, dans les années 1330 (Sombres Vendanges de Michel Hody) et l’autre, à une époque plus contemporaine (1954-2009), la première aventure du détective archiviste Ives d’Arch à la recherche d’un manuscrit d’importance politique pour la Catalogne.


Résultat de la rencontre de deux Michel sur le réseau social Facebook. 

2017-06-08

Zébrures écarlates : 9 juin - Journée internationale des archives


La Journée internationale des archives. Quoi de mieux qu’un roman mettant en vedette un détective archiviste québécois, Ives d’Arch, à la recherche, en 2008, d’un document d’archives disparu de l’Arxiu de la Corona d’Aragó, à Barcelona, en 1954 !

Pour commander au Québec, au Canada ou en France : http://bit.ly/2rG0voA.

Bonne lecture !

2017-06-06

Difficile de tirer son épingle du jeu pour un nouvel auteur


Un ami Facebook qui a déjà œuvré dans le monde de l’édition m’expliquait au dernier Salon international du livre de Québec, pourquoi il était difficile pour des nouveaux auteurs de faire parler de leurs publications.

En moyenne, les médias francophones accordent environ 80% de leur intérêt aux livres publiés en France. Sur les 20% publiés au Québec, 80% d’entre eux (soit 16%) le sont par des personnalités publiques ou des auteurs de renom, ne laissant qu’un maigre 4 % pour les nouveaux auteurs. Pas surprenant que ces derniers font des pieds et des mains afin de tirer leur épingle du jeu.

Voir à ce sujet le "Bilan Gaspard du marché du livre au Québec". Même si cet article date d'avril 2016, son contenu est encore valable aujourd'hui.


2017-05-30

Mon deuxième roman : commentaires d'un lecteur de polars à qui j'ai soumis le manuscrit


« J'ai bien aimé ton roman.

J'ai renoncé à comprendre ton système de chiffres. Tout de même, il semble que ton Bruno avait, à chaque fois, déjà planifié son meurtre à venir, donc qu'il avait choisi un événement à défaut d'avoir identifié sa victime (sauf dans le cas du journaliste).

Tu maîtrises bien le style qui convient à ce genre de roman. On ne s'ennuie pas. Tu as une façon bien spéciale d'abattre tes cartes. »


Il ne reste plus qu'à un éditeur d'accepter de le publier afin que vous puissiez en juger par vous-même.